Sujets | Du côté des élèves | Cahier de textes | eCran | Nouvelles technologies | Ailleurs | Artistes | Mouvements du XX° | @
> Suprématisme

Russie, 1915-1922

Le suprématisme est l’aventure artistique et spirituelle d’un seul homme, Kasimir Malevitch, avec qui d’autres artistes font un bout de chemin sans le suivre très longtemps. En décembre 1915, Malevitch présente plus de trente peintures abstraites ... l’exposition pseudo-futuriste 0,10, à Petrograd. Il fait imprimer une plaquette intitulée Du cubisme et du futurisme au suprématisme, un nouveau réalisme pictural. Pourquoi suprématisme ? Parce que l’artiste pose en principe la suprématie du sentiment pur qui trouve un équivalent dans la forme pure, dégagée de toute signification symbolique ou rationnelle. Le vocabulaire de formes se limite au carré, au cercle et à la croix. Pourquoi " nouveau réalisme " ? Parce que, expliquent ses amis Ivan et Xénia Puni, " la relation entre les éléments révélés dans le tableau constitue une nouvelle réalité, point de départ de la nouvelle peinture ". Ce degré zéro de la peinture, Malevitch l’a déjà atteint à cette date avec son Carré noir sur fond blanc. Le tableau ne comporte plus que des formes pures et des couleurs pures. Il ne renvoie à aucune autre réalité que la sienne. A partir de là, Malevitch prévoit que la peinture va s’envoler dans un espace immatériel. Il ira même jusqu’à accrocher ses toiles au plafond pour prouver la véracité de ses dires. Pendant que les autres suprématistes exploitent les ressources plastiques de la couleur et de la forme pures, dans le domaine de la peinture, mais aussi de la sculpture (Ivan Puni) et du collage-assemblage (Olga Rozanova), Malevitch s’engage de plus en plus dans la quête mystique d’un monde sans objet, ou monde de la non-représentation. Il aboutit ainsi au Carré blanc sur fond blanc de 1918. La libération est accomplie, puisque le blanc est ce néant dévoilé, cet espace infini désormais ouvert à tous les artistes. Ayant franchi cette ultime étape au-delà de laquelle la peinture n’est plus perceptible, il propage l’évangile suprématiste à Vitebsk, où il enseigne à partir de novembre 1919 à l’école d’art dirigée par Marc Chagall.

Alexandra Exter, Ivan Vassilievitch Klioun, Kasimir Malevitch, Lioubov Popova, Jean Pougny, Olga Rozanova, Alexandre Rodtchenko.

Exposition 0,10 Kasimir Malevitch

Exposition 0,10, Kasimir Malevitch, 1915.